Ouvertures

Présentation de l’ Association Développement de la Vie Nomade (ADVN) de Zagora

dimanche 24 avril 2011 par La rédaction

Comme exigé de toute association au Maroc par le gouvernement marocain, en 2001 l’ADVN (Association pour le Développement de la Vie Nomade) a déposé et fait enregistrer ses statuts conformément au Dahir n° 367-58-1 de juin 1958. Au début l’association était perçue par les nomades plutôt comme une émanation du gouvernement national (ce qu’elle n’est pas) mais très vite elle a réussi à gagner leur confiance. Aujourd’hui elle leur est même devenue indispensable : elle est l’intermédiaire de confiance des familles pour tout ce qui concerne les relations avec les autorités ou les centres de santé, les formalités administratives, etc... . Par ailleurs, ses membres actifs sont eux-mêmes issus de familles nomades ayant eu la chance de faire des études mais désireux de rester solidaires du groupe social dont ils continuent à se revendiquer. Ils ont donc la double capacité de comprendre les problèmes immédiats de ces familles, ceux causés par la désertification progressive, la raréfaction des pâturages, le manque d’eau, et ceux impitoyablement imposés par l’évolution du monde moderne. Mais aussi ils sont capables d’entrevoir, tout en préservant leur culture et leurs valeurs ancestrales, des voies d’adaptation à la situation en cours.

Les actions directes de l’association visent principalement mais non exhaustivement l’alphabétisation des enfants des familles nomades et semi-nomades du désert de la région. Elle a ainsi créé déjà deux écoles (l’une dans la commune rurale de Mhamid El Ghizlane dans la région de Bouhjabe et une autre dans la commune rurale de Tagounite dans la région de Tafraoute. A l’été 2010 elle a construit par ses propres moyens une troisième école (en dur) sur le plateau de Bouzougar à une trentaine de km de Zagora, là où des familles nomades ont choisi de se semi-sédentariser et de créer de merveilleux potagers qui leur assurent des revenus de secours en cas de saison défavorable au pastoralisme nomade.

L’ADVN est aussi très impliquée dans la problématique de l’indépendance financière des femmes. En effet les troupeaux (la seule vraie valeur et leur seule « banque ») sont la propriété des maris. L’association les aide donc à promouvoir leur artisanat (bijoux, tissages) auprès des touristes de passage.

En cas de gros problèmes de santé, notamment en cas de grossesse à problème, l’association se charge aussi d’emmener les personnes concernées à l’hôpital de Zagora (le seul hôpital de la province) ou un centre de santé.

L’association organise également des campagnes de vaccination du cheptel (notamment contre la maladie de la langue bleue) et à son initiative des vétérinaires dispensent des conseils aux éleveurs. Elle aide aussi au creusement, à l’entretien et au renforcement des puits.

L’association veille aussi à briser l’isolement extrême dans lequel vivent ces familles. Elle joue un rôle fédérateur et les rassemble dans des liens de confiance et de solidarité. Elle leurs ouvre des portes pour la connaissance du monde extérieur dont elles n’avaient aucune conscience auparavant et elle veille à ce que cette rencontre avec d’autres cultures ait lieu dans le respect mutuel, en promouvant les valeurs de solidarité, de tolérance, d’échange, de connaissance réciproque avec les autres tribus ou ethnies
marocaines ou d’ailleurs, par-delà les questions de religion, de philosophie, de race et de politique.

Elle veille à la protection des traits spécifiques de la culture nomade tout en œuvrant à la connaissance et à l’ouverture de cette société particulière aux autres cultures du Maroc mais aussi d’Europe et du monde entier. Elle veille à ce que le tourisme au désert, en expansion, donne lieu à un véritable échange dans le respect mutuel, respecte cet environnement fragile et profite financièrement aux populations nomades plutôt qu’à des tours opérateurs dénués de toute éthique.

En raison des valeurs communes qui nous animent, en 2011 « Ouverture Nord-Sud » s’est rapproché de l’ADVN et a aussi encouragé un partenariat entre l’ADVN et notre sœur, l’association ACCT de Tabounte (Ouarzazate).

Ne ratez surtout pas « Les cahiers du désert », un superbe reportage réalisé par Antonella Lacatena et Yann Verbeke à l’école ADVN près du lac Iriki dans la commune rurale de Tagounite. Ali Benyachou, secrétaire de l’ADVN y expose merveilleusement la problématique de la vie nomade et l’action de cette association. Par ailleurs, les images et le montage sont superbes.

A consulter aussi : le site de l’ADVN (Zagora) et

Les statuts de l’ADVN

Portfolio

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1963 / 373664

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ouverture Nord-Sud  Suivre la vie du site Nos partenaires au Maroc   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License